Sélectionner une trace


Sélectionner une année

2017 • 2016 • 2015 • 2014  
2013 • 2012 • 2011 • 2010  
2009 • 2008 • 2007 • 2006  
2005 • 2004 • 2003 • 2002  
2001 • 2000 • 1999 • 1998  
1997 • 1996 • 1995 • 1994  
1993 • 1992 • 1991 • 1990  
1989 • 1988 • 1987 • 1986  
1985 • 1984 • 1982 • 1980  
1979 • 1978 • 1977 • 1976  
1975 • 1974 • 1973 • 1972  
1971 • 1967 • 
 

BOTAziK
Type de trace : album musical
date de parution : juillet 2017

2014-2017 Mata-Utu / Paris / Hautefage. Tout est dit : 3 ans pour arriver à force d'obstination à réaliser cet album. Sans argent et avec des connaissances des milieux musicaux nulles au départ, ce fut très difficile. On est vu comme pas crédible. Et pourtant Stan Refet, Catherine Le Forestier, Areski Yanne Molenat, Gaétan Neuville, Vincent Pateau m'ont fait confiance.

Et cet album est unique, fort, très bien reçu. Il est original, cohérent. Il joue sur des collages musicaux, ma voix faisant lien. Il porte des messages clairs tout en étant poétique et séduisant. C'est un OVNI et j'en suis très fier.

Il est le premier du studio installé à Hautefage : maronne Oceans muzik (mOm). Un partenariat a été établi localement avec Des lendemains qui chantent. Les musiciens et groupes qui sont venus enregistrer sont très très contents du résultat (grande qualité sonore dans un lieu magique). Cela fait plaisir. Tout cela va se développer avec mon installation sur place et nous jouerons sur l'ici et l'ailleurs avec des juxtapositions musicales qui ont du sens.

Et ce sera diffusé sur multiterratv.net où est achetable déjà le premier album BOTAziK.



Rallumons les Lumières !
Type de trace : Rencontres-Promenades
date de parution : juillet 2017

Troisième édition des Rencontres-Promenades. Déjà... C'est tout sauf une routine. Un rendez-vous précieux, étonnant et précaire. Plus de 50 événements en 4 jours : histoiresdepassages.com. Cette année Pétillon a fait une formidable affiche sur le thème Rallumons les Lumières !, tandis que la bêtise est érigée en modèle et le terrorisme accapare l'actualité. 

Et tant de générosités se sont conjuguées malgré une météo très capricieuse. Speedy Graphito et Emilie ont fait une fresque dans l'échange avec le public qui marque les mémoires. Et tant de moments magiques, comme lorsque nous avons écouté Anna Pravdova venue de Prague nous parler aux cabanes de Krizek ou Edouard Launet évoquer "Sorbonne Plage" entre les gouttes au barrage du Chastang, près de Raphaël Minnesota qui venait de collaborer avec Agnès Varda. Et la monumentale mique et le petit salé pour démarrer la journée avec Prince Roro et Philippe Di Folco à la manoeuvre, avant de tenter de noyer Pierre Bergougnioux qui s'est merveilleusement prêté aux joutes poétiques sur gabareaux...

Naja Bendix nous protégeant sous la pluie et entretenant de plantes, vite mises en scène par Sinono, avant Bouvard et Pécuchet. Et, moment très touchant, Hélène d'Almeida évoquant pour la première fois en public son frère Roland Topor (mis à l'honneur par une avenue Roland Topor). Monceaux et le "Chemin de pensées" avec Jean-Michel Teulière, puis le spectacle autour de Marcelle Delpastre et Rollinde faisant kiosque au marché et Albéra, les frères Lumière et Claire Angelini. Ou Sallard père et fils et les accordéons Maugein après la physique quantique et la forêt... Bon, il faudrait répéter tout le programme pour sentir la magie de ces moments successifs, malgré les retards et l'annulation d'un spectacle à cause de la météo. La saveur ne vient pas juste d'un événement mais de la promenade de l'un à l'autre. Il faut goûter cela par demi-journées. En participants et non en consommateurs.

C'est unique. A vivre. Fatiguant mais fascinant.



Label "Earth-Village / Village-Terre"
Type de trace :
date de parution : 3 juin 2017

Le 2 juin 2017, le Président des Etats-Unis Donald Trump décidait de quitter l'accord de Paris sur le climat. Le 3 juin 2017, je créais un label "Earth Village / Village-Terre" destiné à défendre la biodiversité et la culturodiversité. Il est temps enfin que les populations à la base se remettent en question et se mobilisent sur des objectifs clairs. J'ai écrit un article synthétique expliquant la chose. C'est par la base que nous arriverons à structurer les processus de décision globaux sur cette planète.

Décidément, cette année aura été mon année de la biodiversité et de la culturodiversité avec les expositions et le livre de juin et le colloque des 15 et 16 novembre.

J'espère qu'un grand mouvement va commencer et qu'on va enfin parler des questions qui sont centrales à la vie sur Terre.



JOSEP BAQUE ET LA BIODIVERSITE
Type de trace : livre et expositions
date de parution : juin 2017

Les choses se sont faites étrangement pour ce livre. Il est original parce qu'inattendu. D'abord on y parle de Josep Baqué et de son exceptionnelle biodiversité imaginaire dessinée. Ensuite un texte scientifique explique les origines de la classification de la flore par les scientifiques Européens. Enfin un ensemble d'images évoquent les enjeux de la biodiversité aujourd'hui. Trois façons d'envisager la question.

Aurélie (Utzeri) et Dominique (Cornille) sont à l'origine de l'idée de faire une exposition sur les murs de la rue Claude Bernard autour de Josep Baqué. Au château de Grignon, nous avons réalisé une grande exposition montrant les herbiers anciens et précieux, les planches de botanique et celles des naturalistes-voyageurs, les extraordinaires gouaches pédagogiques de botanique de Boisgontier de plus de 2 mètres de haut. Jean-Pierre Henry, prof à AgroParisTech a suivi la chose scientifiquement (un champion du retard des textes...).

Je suis très content de cette approche diversifiée. Elle aurait été complète si nous avions eu un témoignage de Wayana, par exemple, expliquant sa conception de la biodiversité. Mais tout cela s'est fait dans une telle contrainte de temps... Et puis j'évoque cet aspect dans ma préface et les tableaux d'Alika font des passerelles vers cette question ou les affiches de Guyane publiée à la fin de l'ouvrage.

C'est sur lulu.com et fait 218 pages avec de très belles et rares images en couleur !





La Maison John et Eugénie Bost
Type de trace : musée
date de parution : mars 2017

Je suis très heureux d'avoir pu mener ce projet de musée original. "Un musée pour comprendre la différence" est la carte d'un territoire, réalisé pour être nourri par la présence physique des résidents de la Fondation John Bost et leurs oeuvres qui occupent la position centrale du parcours dans toutes les salles.

Allez-y. Allez voir sinon le site maisonbost.com. Je préside le comité scientifique et ce musée va inventer des manifestations originales et pluridisciplinaires. Une belle aventure commence. Aventure collective, c'est une très belle réalisation. Elle a mobilisé une centaine de personnes qui n'ont pas ménagé leur peine. Je remercie particulièrement l'équipe scénographique (François Payet et Anne Bourdais), la conservatrice (Ariane Dahan) et le staff de direction de la Fondation avec Olivier Pigeaud, Christian Feuillette et Christian Galtier, ainsi qu'Arnaud Bigex pour le site Internet.



Topor, le dictionnaire
Type de trace : livre
date de parution : mars 2017

Je n'ai jamais imaginé que Roland ait pu disparaître il y a 20 ans. Sans faire tourner les tables, il me parle et je lui parle, comme Jean (Cabu) ou d'autres. Une partie de notre vie est faite de morts, parfois même de morts que nous n'avons pas connu, comme Asger Jorn par exemple dans mon cas.

A l'occasion de l'exposition de mars 2017 à la Bibliothèque nationale de France, une nouvelle édition complétée de Topor, le dictionnaire sort. J'en suis heureux. En juillet, il y aura une avenue Roland Topor à Argentat sur Dordogne pour les Rencontres-Promenades "Histoires de passages..."

Roland aurait été heureux de cela mais pourquoi faut-il que la France soit un pays aussi constipé et ingrat qui ne sait reconnaître et dire merci à ses créateurs qu'après leur disparition ou quand ils sont près de décaniller, c'est-à-dire TROP TARD ?

Je t'embrasse Roland.



La Saga Bost
Type de trace : livre
date de parution : mars 2017

Gros gros gros travail que cette somme sur une famille, codirigée avec Patrick Cabanel grand historien du protestantisme en France (je lui ai demandé tout de suite de participer, car je voulais un vrai point de vue historique et pas une commémoration subjective et partiale).

Nous nous sommes merveilleusement complétés avec Patrick. Et d'excellentes chercheuses et chercheurs ont bien voulu apporter des éclairages très neufs sur des personnalités fortes issues d'une famille réprimée pour ses convictions sous Louis XIV et qui dut fuir à Genève. La résistance intellectuelle, l'indépendance d'esprit et l'originalité de la démarche marqua des personnages comme Pierre Bost ou Jacques-Laurent ou le chanteur Renaud, mais aussi avant John Bost ou Théodore aux Etats-Unis avec Sophie Bonjour ou Augustin l'abolitionniste échangeant avec Victor Hugo.

J'ai donné à cette occasion toutes les archives familiales à la Maison John et Eugénie Bost. Elles sont reproduites (photos, oeuvres, objets...) en partie dans le livre, complétées par des pièces de la MJEB et les collections de Jérôme Bost, mon cousin, que je remercie chaleureusement.



Francis Masson, le Calger de La Force
Type de trace : livre
date de parution : mars 2017

J'ai connu Francis (Francis Masson mais on l'appelait Francis). Je lui ai rendu visite de nombreuses fois avec mon grand-père Gaston Bost au pavillon Bellevue dirigé par "Zébu". Mon grand-père avait beaucoup de tendresse pour l'un et l'autre, qui étaient des personnages mettant la "différence" en jeu tous les jours.

A notre époque de "mainstream", de normes, de bureaucratie cancérigène, de conformité et de commission de sécurité pour tout empêcher, ces "outsiders" qui n'en portaient pas du tout le nom faisaient du bien.

Voilà pourquoi en partie j'ai été très heureux de consacrer enfin une exposition à Francis Masson, qui depuis l'après-guerre très jeune a créé une oeuvre en fil de fer, jusqu'à son suicide avec des fils électriques. Jean-François Monnier a apporté un témoignage extrêmement précieux. Nicolas Surlapierre, directeur des musées de Besançon et ancien responsable de la collection d'art brut du musée d'art moderne de Villeneuve d'Ascq, m'a fait l'amitié d'écrire dans le livre un texte brillant.

François Payet a mis en scène ces pièces avec le même brio et le même respect qu'il avait porté à celles d'Alexandre Calder.

Le livre est une trace précieuse pour pérenniser une trajectoire humaine et des sculptures talentueuses et singulières. La partie droite de sa représentation du pavillon La Famille est devenue (sur ma demande) le dessin situé en permanence sur le logo de la Maison John et Eugénie Bost.



Fauteuil points de vue
Type de trace : meuble philosophique
date de parution : juillet 2016

Voilà le premier "meuble philosophique" que j'ai conçu, des meubles qui donnent à penser, des meubles à idées. A vrai dire, le précurseur fut la "Check Point Charlie Chair" imaginée le soir de l'ouverture du mur de Berlin en 1989, réalisée avec Louis Rollinde et exposée au Kubus à Hanovre.

Mais ce Fauteuil points de vue constitue le début d'un travail personnel sur le mobilier à côté des sculptures dans l'espace public. Il est en cuir blanc et peut être tiré. C'est utile ; cela a du sens ; la forme en est esthétique.

Il a fait forte impression avec le fauteuil inventé par Speedy Graphito aux Rencontres-Promenades d'Argentat sur Dordogne 2016 (première présentation publique devant 100 personnes).

Je tiens à ce qu'il circule et soit édité.



Le Progrès est une erreur
Type de trace : livre
date de parution : juillet 2016

Ceci est mon dernier livre, au sens d'ultime. J'ai construit une oeuvre littéraire avec L'Homme planétaire. J'ai construit une oeuvre philosophique et politique, depuis Pour une philosophie de la relativité. Elle s'est développée comme une arborescence à partir d'une base solide, d'un tronc de pensée.

"Le progrès est une erreur" reprend beaucoup de mes concepts (le local-global, l'histoire stratifiée, le tri rétrofuturo...). Il innove en faisant comprendre la notion de "limites dynamiques". C'est peut-être en fin de vie que l'on saisit plus facilement cette aberration dangereuse du "toujours plus", assortie de la notion que tout ce qui est nouveau est un progrès.

J'ai eu beaucoup de mal à écrire ce livre un peu foutraque. On pourrait penser qu'il est jeté et ludique. Il fut repris et repris et repris. Pénible à composer : je savais trop ce que je voulais dire.

Il n'empêche qu'il clôt un ensemble de réflexions semées tout au long de mon existence avec un résumé : les 16 engagements des Multiterriennes et Multiterriens. Il fait ainsi face au terme de ma vie, de la vie. Comme Gilgamesh refusant de mourir pour devenir un dieu éternel, mais qui finit par se faire voler la plante d'éternité (par un serpent) et comprend alors la nécessité de la fin. Elle assurera d'ailleurs la pérennité de sa trace.

On se plaint souvent des difficultés que l'on a eues à vouloir innover. D'aucuns ont dû lutter contre la répression, la torture ou la mort. Personnellement, ce fut plus doux et insidieux : j'ai eu maille à partir avec la médiocrité, une médiocrité insondable de petits esprits technocratiques à courte vue se foutant complètement de l'intérêt collectif et chassant en bande. Mais, à regarder hier, ce n'est probablement pas original, quand Denis Diderot écrivait : "L'homme précoce vit, boit, mange avec les stupides qui l'environnent, mais converse avec l'avenir." Les femmes précoces aussi.

Plus ludiquement, je me tournerai vers webtv (multiterratv), musik botanik ou expressions courtes.

Vous aurez encore de quoi découvrir... Du moins, peut-on l'espérer, pour quelque temps.




1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24